Archive

Posts Tagged ‘romans’

Des détectives d’occasions

mardi 4 mai 2010 2 commentaires

Un petit point sur mes acquisitions :

Mon défi holmésien est en passe d’être rempli. Après des recherches infructueuses, j’ai fini par trouver La Vallée de la Peur dans l’édition souhaitée à la Libraire du Donjon lors de la foire au Livre de Bécherel (petit paradis du bibliophile où je retournerai à l’occasion). Il n’était pas en fameux état, mais point si mal que je ne le prenne.

Ne me reste plus qu’à trouver le Livre de Poche rassemblant Une Etude en Rouge et Le Signe des Quatre. Je l’ai déjà aperçu auparavant, mais j’avais subordonné cet achat à celui de La Vallée de le Peur, puisqu’il s’agira d’un doublon, possédant déjà ces romans en Librio.

Je me suis également enrichi de pastiches holmésiens et livres sur Holmes :

  • Les Carnets Secrets de Sherlock Holmes de June Thomson, Le Masque 2153, Collection Les Reines du Crime, 1993
  • Tout ce que vous avez voulu savoir sur Sherlock Holmes sans l’avoir rencontré de Pierre Nordon, Le Livre de Poche 4199, Collection Biblio Essais, 1994
  • Sherlock Holmes revient de André-Paul Duchâteau, Lefrancq En Poche 1701, 1996
  • Mémoires de Mary Watson de Jean Dutourd (de l’Académie française, excusez du peu), J’ai Lu 1312, 1982

Je me permets à cette occasion de signaler la parution de Sherlock Holmes et le fantôme de l’Opéra de Nicholas Meyer aux éditions l’Archipoche. Ce roman fait partie des trois romans que Meyer a consacré à Holmes, le plus célèbre étant La Solution à 7 %, et le dernier étant L’Horreur du West End, qui oppose une nouvelle fois Holmes à Jack L’Eventreur.

Dans la famille Ellery Queen, 10 romans sont entrés en ma possession depuis mon précédent message.

J’ai ainsi trouvé à Emmaüs Rennes, 36, rue des Ormeaux, les titres suivants :

  • Le Mystère égyptien, J’ai Lu n° 1514, 1983
  • Le Mystère du Théâtre Romain, J’ai Lu Policier n° 2103, 1986
  • L’Adversaire, J’ai Lu Policier n° 2690, 1989
  • Les Quatre côtés du triangle, J’ai Lu policier n° 2276, 1987
  • Un Bel endroit privé ou la preuve par neuf, J’ai Lu Policier n° 1811, 1985

Il faut bien dire qu’Emmaüs est idéal pour acheter des livres de ce type à peu cher. Et après mes achats  inauguraux j’ai encore retrouvé à Emmaüs Nantes :

  • La Ville maudite, J’ai Lu Policier n° 1445, 1986 (réédition avec une mention J’ai lu Superstars Spécial 2000)

A noter qu’à Nantes encore, Ecorev peut aussi être l’occasion de faire de bonnes affaires.

Ma visite à Bécherel m’aurais permis d’avancer rapidement, mais encombré par d’autres achats et dans une tentative de modérer mes dépenses, j’ai laissé là-bas quelques J’ai Lu, avant de tomber dans la dernière libraire visitée (Outrepart, 5 rue Saint Nicolas) sur deux Queen publiés dans la Collection Un Mystère :

  • Le Roi est mort , Un Mystère n° 132, 1953 (roman que j’ai lu plus jeune et dont j’ai gardé un fort souvenir)
  • Lettres sans retour, Un Mystère n° 161, 1954

Le prix était modique, j’ai donc finalement cédé à la tentation, tentation qui fut limitée par une charmante jeune femme qui en prit deux autres (dont le Calendrier du Crime, aaargh) sous mon nez.

Enfin, on m’en offert deux :

  • Le Mystère French, Le Limier n° 24, 1950
  • Les Dents du dragon, J’ai lu Policier n° 2148, 1987

Mais ce n’est pas tout. Emporté par mon élan, à force de visiter bouquiniste, vide-greniers et emmaüs, me voilà désormais en possession de piles de romans de SA. Steeman, de Boileau-Narcejac, de Rex Stout, Dorothy Sayers, … auxquels je consacrerai peut-être prochainement un billet … et ce, sans parler du volet science-fiction de mes achats.

Je prépare un article sur les sources que j’utilise pour élaborer les listes des ouvrages d’un auteurs, mais je tiens d’ores et déjà à vous inviter à découvrir quelques sites, qui m’ont permis d’approfondir ma culture du roman policier et de faire avancer mes recherches personnelles :

  • Collections policières, consacré aux couvertures de différentes collections policières (Un Mystère, La Chouette, Détective-Club, Oscar, NEO, …)

P.S. : entre la première ébauche de cette article et sa publication, j’ai encore trouvé :

  • Le Mystère espagnol, J’ai Lu polar n° 3494, 1993 (acheté à Paris)
  • Le Quatre de cœur, J’ai Lu Policier n° 1876, 1985 (dans un vide-grenier)
Publicités

L’Aventure du Canon d’Ellery Queen, Chapitre 1 : La Liste des Romans

dimanche 28 mars 2010 3 commentaires

Comme je vous en ai précédemment entretenu, je me suis récemment lancé dans une recherche du Canon Holmésien, recherche qui ne saurait manquer d’aboutir bientôt.

Fort de ce premier succès, j’ai entrepris de me lancer un second défi de ce type. J’avais acheté récemment à vil prix chez Emmaüs plusieurs romans d’Ellery Queen. A partir de ces 4 ouvrages, et de ceux déjà présents dans ma bibliothèque, j’ai donc décidé de rassembler l’œuvre dudit Queen.

Je savais déjà qu’Ellery Queen était un pseudonyme, celui des cousins Frederic Dannay et Manfred Lee. Mais ce que je savais moins, c’était l’ampleur de leur œuvre.

Un tour sur le Wikipedia anglophone m’appris que sous le nom d’Ellery Queen sont parus de nombreux romans, dont certains auxquels les auteurs originels n’ont prêtés que leur pseudonyme, et plus encore de nouvelles, dont certaines relèves plus du récit d’histoires vraies à la Pierre Bellemare que d’enquêtes policières.

Sur la base de ces informations, j’ai pris sur Wikipedia la liste des 36 romans publiés sous le nom d’Ellery Queen auxquels Dannay et Lee avaient apportés leur contribution l’un et/ou l’autre. Dans cette liste, on note :

  • une novélisation : A Study in Terror (Sherlock Holmes contre Jack l’éventreur)
  • trois quatre romans avec des contributions extérieures (outre la novélisation précitée) :
    • The Player on The Other Side (L’Adversaire), écrit avec Theodore Sturgeon
    • The Fourth Side of The Triangle (Les Quatre côtés du triangle), écrit avec Avram Davidson
    • …and on the Eighth Day… (Et le huitième jour), écrit avec Avram Davidson (Grand Prix de Littérature Policière)
    • The House of Brass (La Maison aux étrangers), écrit avec Avram Davidson
  • trois romans dans lesquels le personnage d’Ellery Queen n’apparait pas, bien que son père soit le héros de l’un deux :
    • The Glass Village (Le Village de verre)
    • Cop Out (Fric frac flic)
    • Inspector Queen’s Own Case (Le Cas de l’inspecteur Queen), où seul l’inspecteur Queen apparait
  • une longue nouvelle (novella) originellement publiée en recueil, puis individuellement : The Lamp of God (Le Char de Phaéton)

Au final, donc, selon que l’on s’attache à la présence du personnage d’Ellery Queen et de son entourage, à la seule présence des cousins, à une définition plus ou moins arbitraire de roman, … le liste des romans composant le Canon d’Ellery Queen peut être réduite jusqu’à 28 27 ouvrages.

A noter que cette liste pourrait être allongée en prenant en considération les 4 ouvrages publiés par les deux cousins sous le pseudonyme de Barnaby Ross et qui mettent en scène le personnage de Drury Lane.

Personnellement, j’essaierai de m’en tenir à la liste des 36, pour débuter du moins.

J’ai pu vérifier que tous ont été traduits et publiés en France. Vous trouverez ci-dessous la liste des titres anglais, dans l’ordre leur parution, suivie des titres français. Pour les éditions françaises, je vous vous renvoie :

  • à l’excellent article de René Barone sur le site Polar. Toutes les éditions VF n’y sont pas, mais c’est déjà une excellente base de départ. A noter également dans sa liste des romans la présence de A room to die in, effectivement publié sous le nom d’Ellery Queen, mais semble t’il écrit par Jack Vance et l’absence de The Lamp of God dont seul le titre de l’édition chez Librio est mentionnée par ailleurs.

La liste des 36 :

  • The Roman Hat Mystery – 1929
    • Un Bel endroit privé, ou la preuve par 9
  • A Fine and Private Place – 1971
    • Le Mystère romain / Le Mystère du chapeau de soie / Le Mystère du théâtre romain
  • The French Powder Mystery – 1930
    • Le Mystère French / Le Mystère de l’éléphant
  • The Dutch Shoe Mystery – 1931
    • Le Mystère du soulier blanc
  • The Greek Coffin Mystery – 1932
    • Deux Morts dans un cercueil
  • The Egyptian Cross Mystery – 1932
    • Le Mystère égyptien
  • The American Gun Mystery /Death at the Rodeo – 1933
    • La Mort à cheval
  • The Siamese Twin Mystery – 1933
    • Le Mystère des frères siamois
  • The Chinese Orange Mystery – 1934
    • L’Orange de Chine / Le Mystérieux Monsieur X
  • The Spanish Cape Mystery – 1935
    • Le Mystère de la cape espagnole / La Mystère espagnol
  • The Lamp of God – 1935†
    • Le Char de Phaeton
  • Halfway House – 1936
    • La Maison à mi-route
  • The Door Between – 1937
    • Le Mystère japonais / Le Mystère du grenier
  • The Devil to Pay – 1938
    • Le Mystère de la rapière
  • The Four of Hearts – 1938
    • Le Quatre de coeur
  • The Dragon’s Teeth / The Virgin Heiresses – 1939
    • Les Dents du dragon
  • Calamity Town – 1942
    • La Ville maudite
  • There Was an Old Woman – 1943
    • Il était une vieille femme
  • The Murderer is a Fox – 1945
    • Le Renard et la digitale
  • Ten Days’ Wonder – 1948
    • La Décade prodigieuse
  • Cat of Many Tails – 1949
    • Griffes de velours
  • Double, Double – 1950
    • Coup double
  • The Origin of Evil – 1951
    • L’Arche de Noé
  • The King is Dead – 1952
    • Le Roi est mort
  • The Scarlet Letters – 1953
    • Lettres sans réponse
  • The Glass Village – 1954
    • Le Village de verre
  • Inspector Queen’s Own Case – 1956
    • Le Cas de l’inspecteur Queen
  • The Finishing Stroke – 1958
    • L’ABC du crime / Le Mot de la fin
  • The Player on The Other Side – 1963
    • L’Adversaire
  • …and on the Eighth Day… – 1964
    • Et le huitième jour
  • The Fourth Side of The Triangle – 1965
    • Les Quatre côtés du triangle
  • A Study in Terror – 1966
    • Sherlock Holmes contre Jack l’éventreur
  • Face to Face – 1967
    • Face à face
  • The House of Brass – 1968
    • La Maison aux étrangers
  • Cop Out – 1969
    • Fric frac flic
  • The Last Woman in His Life – 1970
    • La Dernière femme de sa vie

J’en possède déjà 9 :

  • Et le 8ème jour, J’ai Lu n° 1560, 1997
  • La Maison à mi-route , J’ai Lu n° 1586, 1984
  • Griffe de velours, J’ai Lu n° 1675, 1984
  • Coup double, J’ai Lu n° 1704, 1984
  • Le Mystère du grenier, J’ai Lu n° 1736, 1984
  • L’Arche de Noé, J’ai Lu Policier n° 1978, 1986
  • La dernière femme de sa vie, J’ai Lu Policier n° 2052, 1986
  • Sherlock Holmes contre Jack l’éventreur, J’ai Lu Policier n° 2607, 1989
  • Le Char de Phaeton, Librio n° 16, 1994

Ainsi que 3 nouvelles publiées dans La Course au Trésor, Librio n° 80, 1995, et extraites du recueil The New Adventures of Ellery Queen :

  • The Treasure Hunt (La Course au Trésor)
  • Mind against Matter (Ariel contre Caliban)
  • The Trojan Horse (Le Cheval de Troie)

Mon objectif est le suivant : rassembler le reste des 36 romans, pour constituer le volet roman d’un Canon d’Ellery Queen. Évidemment, pour me compliquer la tâche, je me suis imposé des règles :

  • Rechercher de préférence la publication aux éditions J’ai Lu, quand elle existe, et mieux encore, sa première édition. Il conviendra d’ailleurs de noter que les Ellery Queen n’ont pas été traduits dans l’ordre chronologique.
  • Interdiction de recourir à la vente par correspondance, et par internet en particulier, sauf en dernier recours. Le plaisir est de chercher chez les bouquinistes et divers revendeurs d’occasion.

La chasse est lancée. Reste ensuite le problème des nouvelles. Il fera, à l’occasion, l’objet d’un nouveau billet.

Catégories :Bibliophage Étiquettes : , , , ,

Un petit tour dans l’univers holmesien

dimanche 21 mars 2010 1 commentaire

Ces temps-ci Sherlock Holmes est l’affiche des cinémas, incarné par Robert Downey Junior. Il est aussi dans les étals des libraires de BD, avec une énième reprise du personnages. Il est enfin, et peut-être surtout en librairie, avec notamment :

Histoires Secrètes de Sherlock Holmes de René Roueven chez Folio Policier,

Duel en Enfer – Sherlock Holmes contre Jack l’Eventreur de Bob Garcia chez J’ai Lu,

– Et enfin une nouvelles réédition des Sherlock Holmes de Conan Doyle au Livre de Poche.

Sur les rééditions actuelles au Livre de Poche, je n’ai qu’une chose à dire : Attention. Sous certaines des sympathiques couvertures de cette ressortie, se trouvent en effet des recueils de nouvelles coupés en deux. A moins que la traduction ne soit refaite, cette pratique ne se justifie guère …

Pour ce qui me concerne, cette profusion de Sherlock Holmes sur les étals m’a poussé à m’interroger. J’avais lu, dans mes (plus) vertes années pas mal de romans et nouvelles de Sherlock Holmes. Et je possédais quelques uns de ces textes. ainsi que des pastiches ou reprises du personnage. Mais avais-je bien lu tout le Sherlock Holmes écrit par Arthur Conan Doyle, ce qu’on appelle le Canon Holmésien ?

Ce Canon se compose traditionnellement (il y a toujours des textes que certains voudraient ajouter) des 9 ouvrages suivants :

  • Une étude en rouge : roman
  • Le Signe des quatre : roman
  • Les Aventures de Sherlock Holmes : recueil de nouvelles
  • Les Mémoires de Sherlock Holmes (ou Souvenirs de Sherlock Holmes) : recueil de nouvelles
  • Le Chien des Baskerville : roman
  • Le Retour de Sherlock Holmes (ou La Résurrection de Sherlock Holmes) : recueil de nouvelles
  • La Vallée de la peur : roman
  • Son dernier coup d’archet : recueil de nouvelles
  • Les Archives de Sherlock Holmes : recueil de nouvelles

Soit 4 romans et 56 nouvelles. Des 4 romans, seule La Vallée de la Peur me faisait défaut dans ma bibliothèque. Pour les nouvelles j’eus plus de mal à m’y retrouver, ne possédant que des Librio, dans lesquels les nouvelles avaient été publiées en mélangeant les titres issus des volumes originels. Au final, toutefois,  après listage des titres en ma possession, il m’en manquait beaucoup, issues des trois derniers recueils principalement.

Comme je possédais par ailleurs Les Exploits de Sherlock Holmes de Adrian Conan Doyle (le fils d’Arthur) et John Dickson Carr, au Livre de Poche (1975), je décidais de rassembler le Canon dans les anciennes éditions du Livre de Poche. Une visite heureuse chez un bouquiniste lorientais (Histoire d’en lire, rue du Maréchal Foch), me permis de découvrir, derrière d’autres ouvrages, la quasi-totalité des ouvrages recherchés, et en fort bon état (et peu cher de surcroit).

Ne me manque plus désormais que la Vallée de la Peur, et le volume du Livre de Poche reprenant Une Etude en Rouge, suivi du Signe des Quatre. J’en ai même profité pour faire l’acquisition, toujours au Livre de Poche, de la Vie Privée de Sherlock Holmes de Michael et Mollie Hardwick, la novélisation du film de Billy Wilder. Me voilà donc équipé d’une belle collection.

Concernant les  Exploits de Sherlock Holmes, une remarque sur la couverture qui mentionne A. Conan Doyle comme auteur en conjonction avec J.D. Carr , ce qui est quelque peu trompeur. Comme il est précisé plus haut, le Doyle en question n’est pas Sir Arthur, mais son fils Adrian ! On trouve toutefois dans ce recueil la nouvelle L’aventure de la Veuve et à l’intérieur de celle-ci, la célèbre phrase : « Elémentaire, mon cher Watson ».

Pour en revenir aux deux ouvrages cités au début de ce billet, il convient de noter que s’agissant de Bob Garcia, ce n’est pas son premier pas dans l’univers du détective de Baker Street. Il avait déjà commis un Testament de Sherlock de Holmes bien décevant moyen ainsi qu’une nouvelle publiée dans l’anthologie Sherlock Holmes dans tous ses états chez Rivages/Noir.

Mais puisqu’il se trouve en guerre contre Moulinsart, on lui laissera à l’occasion une nouvelle chance de nous convaincre avec son combat entre Holmes et Jack L’éventreur. Si Nick Rodwell est au nombre des victimes (symbolique, of course), on ne se plaindra pas.

L’on notera que ce duel entre le détective de Baker Street et le serial killer de Whitechapel ne sera pas une première. Il déjà été mené par ailleurs et notamment dans un film adapté en un roman quelconque par et avec Ellery Queen.

Sur le Reouven, peu de choses à dire pour l’heure puisque je ne l’ai pas encore lu …

Et le film me direz-vous ? Et les BD ? Las, pour le film, j’attendrais qu’il passe à la TV car Robert Downey Jr, malgré toutes ses qualités, n’est pas mon Sherlock Holmes. Quand aux BD, entre Détective Conan, détectives victoriens de tous poils et autres reprises ou pastiches du personnage, je distinguerai Simon Archard du comics Ruse, qui a tout le charme de l’original en s’en distinguant suffisamment, notamment de par sa charmante coéquipière.

Sherlock Holmes contre Jack l’Eventreur

Droit de citer

mardi 15 juillet 2008 Laisser un commentaire

Voici pour l’été quelques citations de romans qui m’ont marquées :

« Je crois que si je dis toutes ces choses qui mettent les gens en colère, ce n’est pas que je les pense, mais simplement que j’ai trouvé une façon astucieuse de les dire. C’est comme un art, inventer une façon parfaite d’exprimer une idée, et une fois qu’elle est inventée, il faut l’utiliser, parce que les mots n’existent pas tant qu’on ne les a pas prononcés. »
Orson Scott Card, Basilica, Terres des Origines 1

“They all think any minute I am coming to commit suicide. What a joke. The truth of course is the exact opposite : suicide is the only thing that keeps me alive. Whenever everythings fails, all I have to do is consider suicide and in two seconds I’m as cheerful as a nitwit. But if I could not kill myself – ah then I would. I can do without rembutal or murder mysteries but not without suicide.”
Walter Percy, The moviegoer (eh oui, je l’ai lu en v.o.)

« Il n’adhère pas tout à fait au personnage agressif qu’il joue : il le fait trotter devant lui en s’en amusant »
Robert Merle, Le soleil ne se lève pas pour nous

Catégories :Banaléralités, Lecturitiques Étiquettes : ,