Petit guide d’achat de planches originales de bande dessinée américaine (deuxième partie) : Le marché des originaux

Après le premier point sur l’offre d’originaux, voyons parlons prix et vendeurs.

Une fourchette de prix très large

On peut trouver des planches à partir de 0,99 $ (+ frais de ports) et jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’euros. Disons pour simplifier que les prix commencent généralement vers 40, 50 $ jusqu’à 500 $ ou plus pour des planches classiques et à partir de 150, 200 $ de dollars pour des couvertures ou des splash pages.

New Warriors #23 page 9 : une planche sans super-héros en costume, sans combat …

Mais une planche originale est un exemplaire unique du travail réalisé par le ou les artistes (dans le cas d’un duo encreur/dessinateur). C’est d’abord au dessinateur/encreur de fixer le prix auquel il accepte de se séparer de son travail.

Il faut toujours garder à l’esprit que les auteurs valorisent leurs originaux selon leurs propres critères et besoins, qui peuvent n’avoir aucune relation avec ceux du marché (la fair market value ou FMV), ou encore avec le succès commercial ou critique des séries sur lesquelles ils travaillent.

Au contraire, la vente des planches d’une série « indépendante » peut constituer une part plus importance des revenus du vendeur et/ou son attachement à son travail peut être plus grand.

Il ne faut pas non plus oublier que l’encreur d’un comics récupère généralement 1/3 des planches (en cas d’encrage direct, ou la totalité des planches encrées s’il encré sur une impression « au bleu ») et qu’il est susceptible de vendre ses planches à un prix différent du dessinateur.

Le prix d’achat pourra servir de base d’une éventuelle revente. Mais il devra être revu à la baisse si personne d’autre sur le marché n’est prêt à débourser autant et que la vente devient urgente.

Quelques repères, qui sont autant d’évidences, mais qu’il ne peut pas faire de mal de rappeler :

  • Plus l’artiste, la série, le numéro, le(s) personnage(s) sont populaires, plus cela risque d’être cher.
  • Les scènes d’actions valent plus que les scènes de conversation.
  • Les scènes mettant en scène des héros costumés valent plus que celles représentant des civils.
  • Les premières apparitions, les morts, bref les événements mémorables qui s’y déroulent … peuvent également renchérir le prix de la planche.

L’âge de la planche peut aussi influer sur son prix en contribuant à sa rareté, ou en sens contraire, à une perte d’intérêt.

S’agissant de comics, le prix sera très souvent fixé en dollar. Le taux de conversion euro/dollar peut s’avérer très avantageux. A vous de vérifier avant de vous décourager. Pour mémoire, au moment ou cet article est rédigé, le taux de change est approximativement de 10 $ pour 8,64 €.

Faites attention aux frais de ports à rajouter au prix d’achat. Pour des colis en provenance des Etats-Unis, ces frais peuvent aller de 10 $ à plus de 100 $. S’ils vous semblent trop bas, vérifiez auprès du vendeur. Les frais de port sont souvent à mettre en relation avec la valeur de l’original et les efforts que fera un vendeur pour protéger le colis. Lorsqu’ils sont élevés, il peut être intéressant de faire un effort pour acheter plusieurs planches et rentabiliser ce coût.

Si certains dessinateurs qui vendent en direct proposent des frais d’envois bas, c’est parfois que les planches sont glissées sans protection dans des colis. Ce qui ne les empêche pas nécessairement d’arriver en bon, sinon parfait, état, mais les expose à plus de risques de détériorations.

En tout état de cause, l’offre est suffisamment diversifiée pour permettre même aux moins fortunés d’envisager d’acheter un original, à conditions que leurs ambitions soient raisonnables.

Une planche achetée en direct sur le site de Chris Sprouse : Tom Strong and the Robots of Doom #2 Page 16

Où acheter ?

Directement auprès de l’artiste : L’achat direct auprès de l’artiste a la réputation d’être moins cher. Certains artistes organisent ces ventes au travers de leur site ou blog (exemple : Chris Sprouse), voire via eBay (exemple : Scott Eaton, par l’intermédiaire de sa compagne), ou encore leur galerie sur le site de référence des collectionneurs anglo-saxons, Comicartfans.com (exemple : Jim Cheung). Les festivals (conventions) sont également des lieux de choix pour leur acheter un original.

D’autres n’ont pas de processus défini (notamment quand ils débutent) : il suffit alors parfois de les contacter via leur site, blog, profil facebook ou galerie Deviantart pour les interroger sur la possibilité d’acheter leurs originaux.

Enfin, certains font le choix de ne pas vendre, pour des raisons qui leurs sont propres.

Via leur agent : Les artistes peuvent choisir de confier la vente de leurs originaux à un agent qui fait office de représentant officiel.

Ces représentants qui sont souvent également des revendeurs (art dealers) ont pour la plupart un site officiel, ou à tout le moins une galerie sur Comicartfans.com. Ils peuvent également présents sur ebay et dans les conventions américaines.

La plupart accepteront Paypal comme mode de paiement (sauf exceptions majeures tel le site The Artist Choice), notamment pour des clients non-américains.

Professionnels ou presque (certains ont un emploi à côté), ils seront normalement bien organisés et plus susceptibles de protéger l’envoi des planches

En contrepartie le risque sera plus grand d’être taxé lors du passage à la douane en raison du type d’expéditeur employé et d’une déclaration des valeurs plus élevée (aussi logique puisque c’est souvent auprès d’eux que l’on achètera les pièces les plus chères).

Sur le marché secondaire : Une fois une pièce vendue par l’artiste ou son représentant, il peut arriver que son propriétaire décide de la revendre. On peut trouver de telles pièces auprès de revendeurs (qui sont parfois également agents et collectionneurs eux-mêmes), sur le site comicartfans, sur ebay (.fr, parfois, mais surtout .com, ou encore parfois .co.uk), sur les sites d’enchères plus traditionnels (mais aussi plus ou moins spécialisés tels que Heritage Auctions ou Comiclink, pour lesquels il conviendra de faire attention aux frais supplémentaires qui sont prélevés en plus du montant de l’enchère).

World's Finest #10
On peut par exemple sur trouver sur ebay.co.uk des travaux d’artistes britanniques, tel que Dave Taylor, auteur de cette planche de Batman And Superman: World’s Finest #10 page 7

Quelques galeries françaises offrent des planches de comics à vente et organisent parfois des expositions ventes en invitant les artistes. Il peut cependant être utile et instructif d’en comparer les prix avec des pièces similaires en vente aux Etats-Unis.

Comment trouver ?

Tout cela est bel et bien, mais, concrètement, comment trouve-t-on ces fameuses planches, me direz-vous.

Il y a encore quelques mois, il n’y avait d’autres solutions que de faire appel à l’ami Google et de taper « original art » et le nom de l’artiste (et éventuellement d’enregistrer la recherche) ou de scruter les sites spécialisés et ebay.

Il existe toutefois désormais un moteur de recherche spécialisé, Comicarttracker, qui sonde « 176 sites et 11 places de marchés« . Bien qu’il ne puisse pas prétendre à l’exhaustivité, c’est un outil bien pratique que je vous laisse le soin d’aller découvrir.

Mise à jour le 1er octobre 2018 : Il convient encore de préciser que Facebook est devenu le dernier lieu à la mode pour vendre des planches, soit sur les pages des artistes/agents/revendeurs, soit tout simplement dans des groupes dédiés tels que Comic original art sale, trade, show (Groupe fermé).

Derniers conseils :

En matière d’achat d’originaux, l’important est toujours et avant tout de se faire plaisir et d’acheter des pièces que l’on aime. Plus on trouve une planche belle, moins il y a de risque que l’on regrette son achat. Une planche achetée d’abord parce qu’elle n’est pas chère et ensuite parce qu’elle semble jolie peut perdre plus rapidement de son charme.

Plutôt que se précipiter pour acheter des pièces quelconques en raison de prix bas, dont l’achat sera plus tard regretté, mieux vaut commencer par limiter ses achats à des planches tirées de comics achetés et appréciés. Evidemment, certaines exceptions sont parfois les bienvenues.

Surveiller pendant quelques semaines les enchères qui se déroulent sur ebay.com, ou sur des sites comme Heritage Auctions ou Comiclink et regarder les pièces en vente sur Comicartfans ou via Comicartracker peut donner une première appréciation du marché.

En tout état de cause, il peut être utile de se fixer dans un budget maximum en fonction de ses moyens pour éviter de perdre le sens de la mesure à l’occasion d’une enchère. Cela permet de regarder ce qui est à sa portée dans cette fourchette, et ensuite, éventuellement, de réviser son budget ou ses ambitions (en terme de nombre, de fréquence d’achat ou de type de pièces).

Une fois la collection commencée, il faudra ensuite s’interroger sur le sort à réserver à vos planches : les faire encadrer, les ranger dans un portfolio, … Mais c’est encore une autre histoire !

Sources :

Autres liens utiles pour approfondir le sujet :

Publicités

3 commentaires sur “Petit guide d’achat de planches originales de bande dessinée américaine (deuxième partie) : Le marché des originaux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.