Archive

Archive for mars 2010

L’Aventure du Canon d’Ellery Queen, Chapitre 1 : La Liste des Romans

dimanche 28 mars 2010 3 commentaires

Comme je vous en ai précédemment entretenu, je me suis récemment lancé dans une recherche du Canon Holmésien, recherche qui ne saurait manquer d’aboutir bientôt.

Fort de ce premier succès, j’ai entrepris de me lancer un second défi de ce type. J’avais acheté récemment à vil prix chez Emmaüs plusieurs romans d’Ellery Queen. A partir de ces 4 ouvrages, et de ceux déjà présents dans ma bibliothèque, j’ai donc décidé de rassembler l’œuvre dudit Queen.

Je savais déjà qu’Ellery Queen était un pseudonyme, celui des cousins Frederic Dannay et Manfred Lee. Mais ce que je savais moins, c’était l’ampleur de leur œuvre.

Un tour sur le Wikipedia anglophone m’appris que sous le nom d’Ellery Queen sont parus de nombreux romans, dont certains auxquels les auteurs originels n’ont prêtés que leur pseudonyme, et plus encore de nouvelles, dont certaines relèves plus du récit d’histoires vraies à la Pierre Bellemare que d’enquêtes policières.

Sur la base de ces informations, j’ai pris sur Wikipedia la liste des 36 romans publiés sous le nom d’Ellery Queen auxquels Dannay et Lee avaient apportés leur contribution l’un et/ou l’autre. Dans cette liste, on note :

  • une novélisation : A Study in Terror (Sherlock Holmes contre Jack l’éventreur)
  • trois quatre romans avec des contributions extérieures (outre la novélisation précitée) :
    • The Player on The Other Side (L’Adversaire), écrit avec Theodore Sturgeon
    • The Fourth Side of The Triangle (Les Quatre côtés du triangle), écrit avec Avram Davidson
    • …and on the Eighth Day… (Et le huitième jour), écrit avec Avram Davidson (Grand Prix de Littérature Policière)
    • The House of Brass (La Maison aux étrangers), écrit avec Avram Davidson
  • trois romans dans lesquels le personnage d’Ellery Queen n’apparait pas, bien que son père soit le héros de l’un deux :
    • The Glass Village (Le Village de verre)
    • Cop Out (Fric frac flic)
    • Inspector Queen’s Own Case (Le Cas de l’inspecteur Queen), où seul l’inspecteur Queen apparait
  • une longue nouvelle (novella) originellement publiée en recueil, puis individuellement : The Lamp of God (Le Char de Phaéton)

Au final, donc, selon que l’on s’attache à la présence du personnage d’Ellery Queen et de son entourage, à la seule présence des cousins, à une définition plus ou moins arbitraire de roman, … le liste des romans composant le Canon d’Ellery Queen peut être réduite jusqu’à 28 27 ouvrages.

A noter que cette liste pourrait être allongée en prenant en considération les 4 ouvrages publiés par les deux cousins sous le pseudonyme de Barnaby Ross et qui mettent en scène le personnage de Drury Lane.

Personnellement, j’essaierai de m’en tenir à la liste des 36, pour débuter du moins.

J’ai pu vérifier que tous ont été traduits et publiés en France. Vous trouverez ci-dessous la liste des titres anglais, dans l’ordre leur parution, suivie des titres français. Pour les éditions françaises, je vous vous renvoie :

  • à l’excellent article de René Barone sur le site Polar. Toutes les éditions VF n’y sont pas, mais c’est déjà une excellente base de départ. A noter également dans sa liste des romans la présence de A room to die in, effectivement publié sous le nom d’Ellery Queen, mais semble t’il écrit par Jack Vance et l’absence de The Lamp of God dont seul le titre de l’édition chez Librio est mentionnée par ailleurs.

La liste des 36 :

  • The Roman Hat Mystery – 1929
    • Un Bel endroit privé, ou la preuve par 9
  • A Fine and Private Place – 1971
    • Le Mystère romain / Le Mystère du chapeau de soie / Le Mystère du théâtre romain
  • The French Powder Mystery – 1930
    • Le Mystère French / Le Mystère de l’éléphant
  • The Dutch Shoe Mystery – 1931
    • Le Mystère du soulier blanc
  • The Greek Coffin Mystery – 1932
    • Deux Morts dans un cercueil
  • The Egyptian Cross Mystery – 1932
    • Le Mystère égyptien
  • The American Gun Mystery /Death at the Rodeo – 1933
    • La Mort à cheval
  • The Siamese Twin Mystery – 1933
    • Le Mystère des frères siamois
  • The Chinese Orange Mystery – 1934
    • L’Orange de Chine / Le Mystérieux Monsieur X
  • The Spanish Cape Mystery – 1935
    • Le Mystère de la cape espagnole / La Mystère espagnol
  • The Lamp of God – 1935†
    • Le Char de Phaeton
  • Halfway House – 1936
    • La Maison à mi-route
  • The Door Between – 1937
    • Le Mystère japonais / Le Mystère du grenier
  • The Devil to Pay – 1938
    • Le Mystère de la rapière
  • The Four of Hearts – 1938
    • Le Quatre de coeur
  • The Dragon’s Teeth / The Virgin Heiresses – 1939
    • Les Dents du dragon
  • Calamity Town – 1942
    • La Ville maudite
  • There Was an Old Woman – 1943
    • Il était une vieille femme
  • The Murderer is a Fox – 1945
    • Le Renard et la digitale
  • Ten Days’ Wonder – 1948
    • La Décade prodigieuse
  • Cat of Many Tails – 1949
    • Griffes de velours
  • Double, Double – 1950
    • Coup double
  • The Origin of Evil – 1951
    • L’Arche de Noé
  • The King is Dead – 1952
    • Le Roi est mort
  • The Scarlet Letters – 1953
    • Lettres sans réponse
  • The Glass Village – 1954
    • Le Village de verre
  • Inspector Queen’s Own Case – 1956
    • Le Cas de l’inspecteur Queen
  • The Finishing Stroke – 1958
    • L’ABC du crime / Le Mot de la fin
  • The Player on The Other Side – 1963
    • L’Adversaire
  • …and on the Eighth Day… – 1964
    • Et le huitième jour
  • The Fourth Side of The Triangle – 1965
    • Les Quatre côtés du triangle
  • A Study in Terror – 1966
    • Sherlock Holmes contre Jack l’éventreur
  • Face to Face – 1967
    • Face à face
  • The House of Brass – 1968
    • La Maison aux étrangers
  • Cop Out – 1969
    • Fric frac flic
  • The Last Woman in His Life – 1970
    • La Dernière femme de sa vie

J’en possède déjà 9 :

  • Et le 8ème jour, J’ai Lu n° 1560, 1997
  • La Maison à mi-route , J’ai Lu n° 1586, 1984
  • Griffe de velours, J’ai Lu n° 1675, 1984
  • Coup double, J’ai Lu n° 1704, 1984
  • Le Mystère du grenier, J’ai Lu n° 1736, 1984
  • L’Arche de Noé, J’ai Lu Policier n° 1978, 1986
  • La dernière femme de sa vie, J’ai Lu Policier n° 2052, 1986
  • Sherlock Holmes contre Jack l’éventreur, J’ai Lu Policier n° 2607, 1989
  • Le Char de Phaeton, Librio n° 16, 1994

Ainsi que 3 nouvelles publiées dans La Course au Trésor, Librio n° 80, 1995, et extraites du recueil The New Adventures of Ellery Queen :

  • The Treasure Hunt (La Course au Trésor)
  • Mind against Matter (Ariel contre Caliban)
  • The Trojan Horse (Le Cheval de Troie)

Mon objectif est le suivant : rassembler le reste des 36 romans, pour constituer le volet roman d’un Canon d’Ellery Queen. Évidemment, pour me compliquer la tâche, je me suis imposé des règles :

  • Rechercher de préférence la publication aux éditions J’ai Lu, quand elle existe, et mieux encore, sa première édition. Il conviendra d’ailleurs de noter que les Ellery Queen n’ont pas été traduits dans l’ordre chronologique.
  • Interdiction de recourir à la vente par correspondance, et par internet en particulier, sauf en dernier recours. Le plaisir est de chercher chez les bouquinistes et divers revendeurs d’occasion.

La chasse est lancée. Reste ensuite le problème des nouvelles. Il fera, à l’occasion, l’objet d’un nouveau billet.

Catégories :Bibliophage Étiquettes : , , , ,

Un petit tour dans l’univers holmesien

dimanche 21 mars 2010 1 commentaire

Ces temps-ci Sherlock Holmes est l’affiche des cinémas, incarné par Robert Downey Junior. Il est aussi dans les étals des libraires de BD, avec une énième reprise du personnages. Il est enfin, et peut-être surtout en librairie, avec notamment :

Histoires Secrètes de Sherlock Holmes de René Roueven chez Folio Policier,

Duel en Enfer – Sherlock Holmes contre Jack l’Eventreur de Bob Garcia chez J’ai Lu,

– Et enfin une nouvelles réédition des Sherlock Holmes de Conan Doyle au Livre de Poche.

Sur les rééditions actuelles au Livre de Poche, je n’ai qu’une chose à dire : Attention. Sous certaines des sympathiques couvertures de cette ressortie, se trouvent en effet des recueils de nouvelles coupés en deux. A moins que la traduction ne soit refaite, cette pratique ne se justifie guère …

Pour ce qui me concerne, cette profusion de Sherlock Holmes sur les étals m’a poussé à m’interroger. J’avais lu, dans mes (plus) vertes années pas mal de romans et nouvelles de Sherlock Holmes. Et je possédais quelques uns de ces textes. ainsi que des pastiches ou reprises du personnage. Mais avais-je bien lu tout le Sherlock Holmes écrit par Arthur Conan Doyle, ce qu’on appelle le Canon Holmésien ?

Ce Canon se compose traditionnellement (il y a toujours des textes que certains voudraient ajouter) des 9 ouvrages suivants :

  • Une étude en rouge : roman
  • Le Signe des quatre : roman
  • Les Aventures de Sherlock Holmes : recueil de nouvelles
  • Les Mémoires de Sherlock Holmes (ou Souvenirs de Sherlock Holmes) : recueil de nouvelles
  • Le Chien des Baskerville : roman
  • Le Retour de Sherlock Holmes (ou La Résurrection de Sherlock Holmes) : recueil de nouvelles
  • La Vallée de la peur : roman
  • Son dernier coup d’archet : recueil de nouvelles
  • Les Archives de Sherlock Holmes : recueil de nouvelles

Soit 4 romans et 56 nouvelles. Des 4 romans, seule La Vallée de la Peur me faisait défaut dans ma bibliothèque. Pour les nouvelles j’eus plus de mal à m’y retrouver, ne possédant que des Librio, dans lesquels les nouvelles avaient été publiées en mélangeant les titres issus des volumes originels. Au final, toutefois,  après listage des titres en ma possession, il m’en manquait beaucoup, issues des trois derniers recueils principalement.

Comme je possédais par ailleurs Les Exploits de Sherlock Holmes de Adrian Conan Doyle (le fils d’Arthur) et John Dickson Carr, au Livre de Poche (1975), je décidais de rassembler le Canon dans les anciennes éditions du Livre de Poche. Une visite heureuse chez un bouquiniste lorientais (Histoire d’en lire, rue du Maréchal Foch), me permis de découvrir, derrière d’autres ouvrages, la quasi-totalité des ouvrages recherchés, et en fort bon état (et peu cher de surcroit).

Ne me manque plus désormais que la Vallée de la Peur, et le volume du Livre de Poche reprenant Une Etude en Rouge, suivi du Signe des Quatre. J’en ai même profité pour faire l’acquisition, toujours au Livre de Poche, de la Vie Privée de Sherlock Holmes de Michael et Mollie Hardwick, la novélisation du film de Billy Wilder. Me voilà donc équipé d’une belle collection.

Concernant les  Exploits de Sherlock Holmes, une remarque sur la couverture qui mentionne A. Conan Doyle comme auteur en conjonction avec J.D. Carr , ce qui est quelque peu trompeur. Comme il est précisé plus haut, le Doyle en question n’est pas Sir Arthur, mais son fils Adrian ! On trouve toutefois dans ce recueil la nouvelle L’aventure de la Veuve et à l’intérieur de celle-ci, la célèbre phrase : « Elémentaire, mon cher Watson ».

Pour en revenir aux deux ouvrages cités au début de ce billet, il convient de noter que s’agissant de Bob Garcia, ce n’est pas son premier pas dans l’univers du détective de Baker Street. Il avait déjà commis un Testament de Sherlock de Holmes bien décevant moyen ainsi qu’une nouvelle publiée dans l’anthologie Sherlock Holmes dans tous ses états chez Rivages/Noir.

Mais puisqu’il se trouve en guerre contre Moulinsart, on lui laissera à l’occasion une nouvelle chance de nous convaincre avec son combat entre Holmes et Jack L’éventreur. Si Nick Rodwell est au nombre des victimes (symbolique, of course), on ne se plaindra pas.

L’on notera que ce duel entre le détective de Baker Street et le serial killer de Whitechapel ne sera pas une première. Il déjà été mené par ailleurs et notamment dans un film adapté en un roman quelconque par et avec Ellery Queen.

Sur le Reouven, peu de choses à dire pour l’heure puisque je ne l’ai pas encore lu …

Et le film me direz-vous ? Et les BD ? Las, pour le film, j’attendrais qu’il passe à la TV car Robert Downey Jr, malgré toutes ses qualités, n’est pas mon Sherlock Holmes. Quand aux BD, entre Détective Conan, détectives victoriens de tous poils et autres reprises ou pastiches du personnage, je distinguerai Simon Archard du comics Ruse, qui a tout le charme de l’original en s’en distinguant suffisamment, notamment de par sa charmante coéquipière.

Sherlock Holmes contre Jack l’Eventreur

Crayonantes 2009

Les 12 et 13 décembre 2009 se déroulait à la Manufecture à NANTES le festival Crayonantes.

C’était pour moi plus une visite pour le plaisir des yeux, n’ayant a prioi aucun projet de me faire dédicacer une BD, les rares artistes susceptibles de m’intéresser étant des stars au files d’attentes décourageantes.

Je me suis donc promené, profitant des expositions, et me laissant notamment séduire par les planches de Jean-Marie MICHAUD, dont une âme bien intentionnée n’a pas manquée par la suite de m’offrir le tome 1 de La Saison de la Coulœuvre, scénarisé par Serge LEHMAN.

Toutefois mes vagabondages m’ont amené auprès de Ludwig ALIZON (son blog) et de Cédric LE ROY, venu pour dédicacer leur album Barbeük et Biaphynn (le blog de la série). Las, une erreur de prévision du libraire a conduit à une rupture de stock ! Plus de BD à dédicacer, et donc plus de lecteurs à attendre, sauf ceux qui avaient acheté l’abum par ailleurs, ou ceux qui se rabattaient sur les autres productions du sieur ALIZON.

Ce que j’ai choisi de faire en complétant ma collection par l’acquisition du tome 6.2 de Travis, ce qui m’a permis d’obtenir un sympathique dessin de Pacman (le perso de la série, pas le gros bonhomme jaune du jeu vidéo). ah, ce qu’on ne ferait pas pour occuper des auteurs désœuvrés !

Catégories :Dedicacomaniac Étiquettes : , , ,

RIDEP 2010

Après le bon moment passé lors des RIDEP 2009, je n’ai pas manqué d’y retourner lors de la session 2010 qui s’est déroulée du 19 au 24 janvier à l’Espace culturel de la Fleuriaye à Carquefou. Cette nouvelle édition mettait en avant les Femmes, avec de nombreuses dessinatrices du monde entier, et l’Ecologie.

J’avais toutefois moins de temps devant moi pour cette nouvelle visite, mais j’ai tout de même pu apprécier le talent de nombreux artistes aux travers des dessines exposés sur leurs stands respectifs et assister au lâcher de ballons biodégradables.

En matière de dessins, j’ai donc été caricaturé par le sévère Antonìo ANTUNES (une courte biographie sur le site des RIDEP) qui ne manquait pas de rappeler son sujet à l’ordre s’il avait le malheur de bouger ou même simplement de baisser les yeux pour suivre l’évolution du dessin. Si je n’afficherai pas ici son dessin, je peux vous affirmer qu’il ne m’a pas raté 😉

J’ai ultérieurement eu le plaisir de revoir le très sympathique MILLION (une courte biographie sur le site des RIDEP, son site) en proie aux affres de la page blanche avant de sortir un splendide dessin de son crayon.

Le dessin de Million : Super-Avocat

Une belle réussite, dans la même idée que celui réalisé l’année précédente.

Enfin, j’ai rencontré le grec John XAGORAGIS (une courte biographie sur le site des RIDEP, son site) qui m’a honoré de ce petit dessin :

Le dessin de Xagoraris : La justice a l'oeil ouvert

Il y avait bien d’autres artistes que j’aurais aimé pouvoir solliciter, mais le dimanche se terminait et je devais reprendre la route, comme les auteurs, qui se dispersaient en se promettant de se donner des nouvelles.