Accueil > Ecrivitures, Marcelleries > BD : Sergent Marcel : Rapports non protégés (NDA)

BD : Sergent Marcel : Rapports non protégés (NDA)

NDA, comme dans Notes de l’Auteur.

Petit retour sur les origines de la bande dessinée publiée dans les deux messages précédents :

On pourrait dire que tout a commencé lorsque les Editions Atlas ont lancé une collection de cassettes vidéos Star Trek en kiosques tous les 15 jours (c’est dire si ça remonte loin, puisque aujourd’hui, c’est les DVD Star Trek qu’ils ont lancé). Bon pigeon, et curieux de ce mythe de la science-fiction télévisée, j’avais quelques temps suivi le truc, avant de décrocher, peu convaincu par les personnages constipés. Mais des idées me sont restées dans la tête, et ont resurgi quand Bill Mitchell, forumer bien connu de Buzzcomics.net, a évoqué l’idée d’un fanzine BD baptisé l’Astronef. Là, des souvenirs d’un épisode de Star Strek me sont revenus. On y évoquait notamment une créature spatiale échouée sur une planète. Et de cette créature plutôt informe m’est venue l’idée d’un écosystème spatial, avec ses prédateurs spatiaux, ses trajets de migrations, et ses zones d’accouplement. Rajoutez-y une intervention humaine, et l’idée que la technologie s’inspire souvent de la nature, et vous avez le scénario de base.

Mais passer de l’idée de base au produit fini, ce n’est pas évident. Essai de traitement en nouvelle, oubliée après quelques tentatives, rattachement de l’idée au personnage du Sergent Marcel, un personnage secondaire d’une petite histoire que j’avais écrite auparavant, histoire de situer l’histoire dans un contexte plus léger et plus ou moins familier, du moins pour moi, et de se débarrasser du problème de la fin, difficile à concevoir, recherche d’un éventuel dessinateur, période de gestation du dessinateur, et enfin, voilà le résultat final, quelque chose comme 2 ans après que ce scénario ait été conçu.

Du point de vue du scénario, il y a quelques moments dont je suis plutôt fier, dont l’échange sur le joli p’tit cul, la fin de l’habillage, le « nous faire du bien », … et évidemment la réplique finale. C’est pas du Shakespeare ou du Alan Moore, mais bon, j’espère que ça en aura fait marrer quelques-uns.

Publicités
Catégories :Ecrivitures, Marcelleries Étiquettes : ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :